Vos droits en cas de refus d’embarquement

Vous avez l’habitude de prendre l’avion pour vos différents voyages, que ce soit pour les séjours d’agrément, pour des raisons de santé ou des raisons professionnelles. Il est arrivé qu’un vol était en retard, voire annulé mais on ne vous a jamais refoulé à l’embarquement. Voilà une situation toute nouvelle pour vous et qui vous laisse un peu perplexe. C’est ce qu’on appelle refus d’embarquement, souvent parce qu’il n’y a plus de siège à bord. Quels sont vos droits ?

Faites valoir vos droits

Lorsqu’un avion atteint ce qu’on appelle overbooking et que personne ne se dévoue pour ne pas embarquer, vous pourriez être choisi, contre votre gré. Si vous êtes volontaire pour ne pas embarquer, la compagnie vous doit une compensation. Sinon, vous avez droit à l’information, c’est-à-dire que la compagnie doit vous délivrer un document spécifiant les conditions d’assistance et de compensation. Vous avez aussi droit à l’assistance, autrement dit, à de la nourriture et des boissons, vous avez droit à des appels téléphoniques ou un accès à Internet et selon la situation, à un hébergement et au transport vers l’hôtel.

Connaissez vos droits

Si on vous refuse l’embarquement, vous avez droit à un remboursement de votre billet d’avion. La compagnie peut aussi vous proposer une alternative, peut-être un vol sur un autre appareil. Vous avez également le droit à une compensation dont le montant se situe entre 250 et 600 euros, montant calculé sur la base de la distance entre votre pays de départ et le pays d’accueil. Au cas où la compagnie vous offre une autre solution de transport, ces frais de compensation peuvent être réduits de moitié, étant donné que le retard d’arrivée à destination est aussi réduit. Être au courant de ces droits vous permettent de les faire valoir le cas échéant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *